• Kadoorie Youth Development Center

À propos du Centre de développement pour la jeunesse Sir Horace Kadoorie

Le programme Sir Horace Kadoorie Hospitality and Mentoring Programme (SHKHMP) a été lancé en 2015 grâce au soutien de l'honorable Sir Michael Kadoorie et de Lady Kadoorie. Alors que de nombreux jeunes vivant dans des zones rurales en Chine sont confrontés à la pauvreté, au manque d'opportunités et à l'isolation sociale, Paul Tchen, président honoraire de la Shanghai K Charitable Foundation, affirme que le but du Centre de développement pour la jeunesse Kadoorie est simple : « aider les jeunes défavorisés à prendre confiance en eux et acquérir les compétences requises pour intégrer le marché du travail. Poser les jalons d'une carrière qui assurera leur autonomie et empêchera la pauvreté de compromettre leur avenir. » C'est ainsi que la famille Kadoorie exprime sa reconnaissance envers Shanghai, son ancienne ville de résidence.

Les jeunes y entament un programme complet pour changer leur vie, comprenant une formation professionnelle axée sur les services d'accueil, le mentorat, l'enseignement de l'anglais, la communication et les compétences essentielles au cours d'un séjour de 18 mois au centre, suivi de six mois de travail dans un grand hôtel ou restaurant, ce qui leur permet de prendre un nouveau départ.

Au cours de ses quatre premières années d'existence, le programme se déroulait dans un espace qui n'était pas doté d'une cuisine commerciale, élément nécessaire à la formation professionnelle proposée. Cela signifiait que les étudiants devaient effectuer un trajet quotidien de plusieurs heures pour se rendre sur un site éloigné. Une salle à manger manquait également, et il a fallu faire appel à une « cantine des travailleurs » en sous-traitance.

Deux jeunes hommes travaillant ensemble sur une table au sein du Kadoorie Youth Development Center

Grâce à une collaboration entre la Fondation et des partenaires experts (Steelcase et PolyVision, qui ont fait don de produits leaders du secteur, et la prestigieuse agence de design iDA Workplace, qui a fourni des services bénévoles), le programme a pu bénéficier en 2019 d'un établissement de formation et de résidence agrandi, spécifiquement conçu pour stimuler l'apprentissage et les compétences en communication.

Quel était le cahier des charges ?

« Nous voulions concevoir un espace d'apprentissage et de vie harmonieux, doté de zones polyvalentes et adaptables pouvant être divisées ou associées pour former des sous-zones ou une surface plus étendue, afin de créer soit un sanctuaire personnel, soit un endroit où les étudiants peuvent se retrouver, selon les besoins. »

Simon Wu
Architecte principal, iDA

Shelley Peng, directrice exécutive et chef d'établissement du programme, explique que les jeunes sont confrontés à de nombreux défis lorsqu'ils rejoignent le programme : apprendre à partager leur lieu de vie et de travail avec des élèves provenant de différentes régions chinoises, s'adapter à de nouvelles règles et une nouvelle discipline, prendre de bonnes habitudes d'étude et acquérir de nouvelles compétences essentielles loin de leur famille. Il était donc important que la conception du centre facilite ces transitions.

Jeune homme écrivant sur un tableau blanc du Kadoorie Youth Development Center

« La décontraction de l'environnement contribue à mettre les élèves plus à l'aise, ce qui atténue le côté « strict » que l'on pourrait craindre d'un établissement d'enseignement traditionnel, et permet au personnel d'établir une meilleure connexion avec les jeunes. »

Paul Tchen
Président honoraire de la Shanghai K Charitable Foundation

Comment cette vision a-t-elle pu prendre vie ?

Le nouveau centre s'étend sur deux étages : tout le rez-de-chaussée abrite un centre de formation aux métiers culinaires spécialement conçu, avec une nouvelle cuisine principale et un nouveau réfectoire, dans lequel les 144 résidents pourront prendre leurs repas, ainsi que des salles de classe facilement adaptables.

« La conception générale du centre permet une grande flexibilité et de nombreuses possibilités d'utilisation, grâce à des cloisons et équipements mobiles. Cela signifie que chaque espace, à l'exception des cuisines, peut se prêter à n'importe quelle utilisation requise par le programme », explique M. Tchen.

Le mobilier, fourni par Steelcase, comprend des équipements pour salles de classe et une collection diverse de meubles pour des salons et cafés, et est hautement mobile, ce qui offre aux étudiants et aux mentors flexbilité et contrôle par rapport à l'utilisation de l'espace. Il peut ainsi s'adapter pour héberger de petits groupes d'étude, des projets de groupe plus conséquents ou simplement des conversations en tête-à-tête.

Des espaces de séjour et de collaboration sont répartis à travers tout l'établissement afin de faciliter les connexions spontanées, et une palette de couleurs vives et lumineuses, rehaussée par une abondante lumière naturelle, créent une ambiance chaleureuse et accueillante.

Une tutrice dessine sur un tableau et discute avec un jeune homme

Les salles de classe et espaces communs ont été équipés de tableaux blancs magnétiques CeramicSteel PolyVision. Ces grandes surfaces d'écriture disposées sous forme de « collages » peuvent servir à afficher des documents ou à inscrire des notes pendant les cours ainsi que partout dans l'établissement, ce qui permet aux étudiants de se sentir plus impliqués dans leur apprentissage.

Matthew Clarke, responsable de ventes, souligne que « les tableaux blancs permettent d'exprimer des idées, de transmettre des connaissances et de créer des comparaisons visuelles. Cela aide les étudiants à comprendre ensemble, plus rapidement et plus efficacement. »

L'étage supérieur constitue un espace de vie pour les jeunes, le personnel et les mentors. Il comprend des dortoirs, un centre de bien-être avec une salle de sport et un studio consacrés aux exercices physiques quotidiens, et des espaces de détente communs. Un escalier ouvert reliant les deux étages a été converti en un attrayant salon de divertissement et équipé d'un projecteur pour des séances de cinéma.

Pour les dortoirs, M. Wu s'est inspiré du concept des hôtels capsules, et a créé des espaces personnels semi-privés pour chacun des étudiants. Les « chambres » ont une hauteur de plafond suffisantes pour se tenir debout, et disposent de larges espaces de rangement pour les vêtements et les chaussures, afin d'encourager les étudiants à bien ranger leurs affaires et faire preuve de discipline.

Jeune homme accédant à son lit superposé dans le dortoir du Youth Center

Des étudiants en petits groupes assis sur des chaises à roulettes

« Nous souhaitons que les étudiants se sentent respectés grâce à ce format « capsule » qui leur procure un espace personnel et un sentiment d'appartenance qu'ils n'ont peut-être jamais connus auparavant », précise M. Wu.

L'expérience pour les étudiants

Les deux premières itérations du programme, qui s'étaient déroulées dans l'ancien établissement, ont été couronnées d'un franc succès. Parmi les anciens élèves, on compte Nick Shang, qui a réalisé son rêve d'enfance en devenant chef cuisinier, et travaille désormais à l'hôtel Grand Hyatt à Shanghai, et Karry Chen, qui a pris confiance en elle et grandement amélioré son anglais grâce au programme Kadoorie. Karry a tellement apprécié le programme qu'elle espère, après avoir développé davantage son expérience et ses connaissances, devenir mentor à son tour.

Mais tous deux confirment qu'ils ont dû surmonter plusieurs défis pour s'adapter à la vie estudiantine à Shanghai : la nourriture différente, le climat, l'environnement urbain et un mode de vie radicalement différent de celui qu'ils connaissaient dans leurs villes d'origine.

Selon Paul Tchen, le premier groupe d'étudiants dans le nouvel établissement s'adapte déjà plus facilement et a établi un bon rapport.

« L'environnement convivial de ce nouveau centre s'est révélé essentiel pour mettre nos jeunes participants à l'aise. Cet espace de vie et d'apprentissage extrêmement attrayant réduit leur risque d'abandonner le programme, et leur donne toute la latitude pour se concentrer sur l'apprentissage et le développement personnel tout en profitant de leur jeunesse », souligne-t-il. « Quant aux mentors, ce nouveau centre leur permet de se consacrer pleinement à assurer une expérience d'apprentissage plus personnelle pour les étudiants. »

Étudiants lisant et travaillant dans les escaliers

Groupe d'hommes costumés travaillant ensemble sur la table d'une salle de conférence

« Nous avons travaillé en étroite collaboration pour intégrer harmonieusement le concept de l'apprentissage actif au 21e siècle à l'architecture et la configuration de l'espace. Ceci permet aux étudiants de tirer pleinement parti de leurs compétences sans se soucier d'obstacles ou de barrières. »

Ambroise D’Hauteville
Directeur de l'éducation, Steelcase Asie-Pacifique

Collaborer sur le long terme

Ambroise D'Hauteville, directeur de l'éducation pour Steelcase Asie-Pacifique, affirme que ce projet représentait l'opportunité d'établir un partenariat à long terme avec SHKHMP et ainsi de soutenir cette bonne cause, mais également de collaborer avec des partenaires tout aussi investis que Steelcase dans le domaine de l'éducation, comme iDA Workplace.

À long terme, ce projet aura un impact qui surpassera de loin la simple satisfaction d'avoir construit un environnement d'apprentissage attrayant, souligne M. Tchen.

« Nous espérons que nous avons contribué à changer le parcours de vie de ces jeunes en les préservant de la pauvreté, les rendant autonomes, leur confiant les rênes de leur vie, leur inspirant l'amour de leur communauté et leur offrant la chance de vivre dans la sérénité et la dignité. »