Hôpital pour enfant de Shriners


Lorsque les enfants franchissent les portes du nouvel hôpital pour enfant Shriners à Lexington, dans le Kentucky, ils ont parfois des béquilles ou sont en fauteuil roulant. Cela est dû au fait que Shriners soigne chaque année plus de 13 000 enfants et adolescents atteints de maladies neuromusculaires, une activité menée depuis sa fondation en 1926, lorsqu'il a ouvert pour s'occuper des jeunes malades souffrant de polio. Le centre médical Shriners de Lexington, qui a déménagé en avril 2017, est l'un des 22 hôpitaux Shriners dans le monde qui ont pour objectif d'apporter des soins pédiatriques innovants aux enfants qui souffrent de problème orthopédiques, brûlures, lésions de la moelle épinière, fentes labiales et palatines, quelles que soient les capacités financières des familles.

Espoir et guérison

La mission des hôpitaux Shriners pour enfant est de fournir tous les soins et services dans un environnement centré sur la famille. Le nouveau centre médical Shriners de Lexington ne fait pas exception. En réponse aux peurs et angoisses que les enfants peuvent avoir à leur entrée dans le centre, ils y trouvent un paysage montagneux des Appalaches, en Virginie, sous la forme d'une photographie de 40 pieds de long sur 7 pieds de haut. Affichée sur une grande toile en a3 CeramicSteel, la photo représente des collines verdoyantes au premier plan qui se fondent vers des crêtes bleues en arrière-plan. Des illustrations graphiques sont superposées au paysage : un soleil levant jaune avec des rayons, des nuages bleu pâle et des oiseaux rose clair. Ils sont là comme un clin d'œil aux jeunes patients, pour leur dire qu'ils sont ici en sécurité.

Vue panoramique d'un paysage sur un habillage mural décoratif, avec les illustrations d'un soleil et de deux oiseaux par l'artiste Christopher David Ryan

Dès les premières phases de conception de ce nouveau centre de chirurgie ambulatoire de pointe, l'art était une priorité. « Nous savions que nous voulions avoir des illustrations, des œuvres d'art stimulantes dans tous les espaces de soin », explique Jessica Mistretta, associée principale chez SRG Partnership, le cabinet d'architectes en charge du projet de l'hôpital. « Nous voulions nous assurer de proposer des choses intéressantes aux enfants et à leur famille. » Le bureau de SRG de Portland, dans l'Oregon, a travaillé avec DesignTex, une société new-yorkaise de matériaux appliqués, et son équipe créative d'imagerie de surface de Portland, dans le Maine, pour développer l'imagerie.

En raison du nombre de patients accueillis en orthopédie par ce centre, qui se déplacent avec des béquilles ou en fauteuil roulant, et donc susceptibles de se cogner aux murs, sans parler des jeunes enfants avec des marqueurs ou des craies, ayant envie de dessiner sur les murs, ces vastes panneaux d'art ne pouvaient pas être fragiles ou faciles à rayer. Après des recherches approfondies, le studio Designtex a recommandé CeramicSteel de PolyVision, un habillage à la surface en porcelaine sur acier pratiquement indestructible, conçue pour les espaces très fréquentés, des salles d'attente aux ascenseurs. Pour Joanne Rarangol, l'une des spécialistes de l'imagerie chez Designtex San Francisco, « CeramicSteel est le nec-plus-ultra des surfaces imprimables. Il a toutes les caractéristiques indispensables à de nombreux projets, notamment en milieu hospitalier : solide, facile d'entretien, résistant aux bactéries, au feu, aux éraflures et aux graffiti... nos clients réagissent positivement. » Au total, 88 panneaux CeramicSteel avec impression numérique ont été prévus pour créer 12 œuvres murales destinées aux trois étages du centre médical.

Un nouveau départ

L'hôpital Shriners s'occupe des enfants, de la naissance à l'âge de 18 ans, dans certains cas jusqu'à 21 ans. « Nous voyons un large éventail d'âges, de phases de développement, en termes de motricité comme au niveau mental, et d'aventures », raconte Morgan Hall, responsable des relations publiques pour le centre médical Shriners. « Avec le nombre d'enfants et d'adolescents que nous soignons et la durée pendant laquelle ils restent avec nous, il était essentiel que notre nouveau centre médical soit conçu pour durer. Les enfants apportent de la vie et de l'animation dans le centre et nous voulions que ce soit également le cas de tous nos produits. »

Dans un hôpital pour enfants notamment, ce sont deux parties qui ont autant besoin d'attentions et d'amour : les jeunes patients et leurs aidants adultes. Pour séduire les adultes, l'équipe créative d'imagerie de surface de Designtex a recherché et testé des photographies à imprimer à très grande échelle, certaines images mesurant jusqu'à 50 pieds. Finalement, l'équipe a opté pour le thème des saisons, choisissant des paysages emblématiques du Kentucky et des États voisins desservis par le centre médical : la Virginie, la Virginie occidentale, l'Ohio, le Tennessee et l'Indiana. « Nous ne voulions pas que ce soit trop pédiatrique », explique Jessica Mistretta. « Shriners reçoit des patients jusqu'à leur 18e anniversaire. Nous avions besoin d'art qui parle à l'ensemble de nos patients, y compris les parents. » Dans un couloir, il y a la photographie d'une forêt en hiver, recouverte de neige fraîche. Dans un autre, une image du printemps, avec des arbres en fleurs. Dans un troisième, une rivière l'été, courant sur les rochers. Le pont du troisième étage présente une photo d'enfants en train de jouer parmi des trèfles, encadrée de dessins de fleurs souriantes.

  • Deux personnes marchant le long d'une décoration murale représentant de l'eau dévalant sur des rochers dans un paysage forestier, sur un habillage mural décoratif, dans l'hôpital Shriners pour enfants de Lexington.
  • Deux femmes passant devant une œuvre murale représentant quatre enfants allongés sur du trèfle avec des illustrations de fleurs créées par l'artiste Christopher David Ryan, affichées sur un habillage mural décoratif.

Pour conserver un lien avec l'histoire du centre médical Shriners de Lexington, l'équipe d'imagerie de surface de Designtex a fait appel à un photographe du Maine, Ryan Shimala, qui a suivi des patients durant le stage équestre annuel du centre médical pour l'œuvre qui décore le gymnase du centre. L'équipe a également fait appel au photographe Joshua Dudley Greer, du Tennessee, pour photographier l'ancien hôpital Shriners de Lexington et décorer le pallier de l'ascenseur du deuxième étage. « J'aime le fait que cela crée un sentiment d'appartenance pour le centre médical, adapté aux patients, au lieu, mais également relié à l'ancien hôpital », explique Karen Gelardi, responsable des produits numériques chez Designtex. « Les patients, le personnel et les familles pourront ainsi mieux s'approprier l'espace. Leurs commentaires ont aidé à choisir la direction à prendre pour les œuvres et les personnes qui fréquentent Shriners ont toujours été au centre de nos préoccupations à chaque étape de la conception. Vous pouvez sentir que cet espace est fait pour eux. » Pour s'assurer de la bonne reproduction de ces images sur mesure, l'équipe a pris soin de la qualité de l'impression et des couleurs en phase de préimpression.

  • Vue complète de la chronologie murale représentant l'histoire de l'hôpital Shriners pour enfants de Lexington sur un habillage mural décoratif, avec un grand chiffre deux sur le côté droit
  • Vue frontale d'une chronologie murale reprenant la moitié de l'histoire de l'hôpital Shriners pour enfants de Lexington sur un habillage mural décoratif, avec un grand chiffre deux sur le côté droit.

Puis l'équipe a fait intervenir Christopher David Ryan, un artiste graphique populaire dans sa région de Portland, dans le Maine, pour apporter une touche accueillante destinée aux plus jeunes avec des illustrations, en ajoutant une famille d'animaux à chaque saison. Par exemple, dans la salle d'attente du troisième étage, le mur s'orne d'une grande photographie d'arbres éclatants dans leur splendeur automnale. Aussi, dans chacune des salles d'examen de ce couloir, Ryan a dessiné respectivement une chouette, un cerf, un renard, un puma et un ours. Il a créé, au total, 25 animaux pour les salles d'examen du centre. (Les animaux constituaient déjà un thème visuel dans l'hôpital précédent. Le fait de réintroduire des illustrations d'animaux dans les salles d'examen du nouveau centre médical crée également un lien entre les deux.)

En plus d'ajouter une touche chaleureuse au bâtiment, les œuvres murales sur CeramicSteel disposées à travers le centre médical servent aussi de points de repère et aident les visiteurs à s'orienter. Le personnel peut indiquer un couloir selon sa saison, par exemple, et à partir de la saison associée à la salle d'attente, désigner une salle d'examen par son thème animalier. « Certains des couloirs sont particulièrement longs, avec 10 ou 12 chambres de patients », explique Jessica Mistretta. « Les infirmiers peuvent dire aux patients : nous allons dans la salle de l'ours. »

L'art comme thérapie

Tandis que les prestataires de soins ont toujours eu l'intuition que l'art pouvait jouer un rôle thérapeutique, un corpus de plus en plus important de recherches factuelles tend aujourd'hui à le prouver. Nombreux sont les signes observables d'amélioration chez les patients exposés à l'art : des séjours plus courts à l'hôpital, moins de médicaments contre la douleur, moins de stress, une tension artérielle et un rythme cardiaque plus bas, des évaluations de la douleur perçue plus faibles, une plus grande satisfaction concernant les soins reçus et même des conséquences économiques, notamment un coût réduit de prise en charge des patients.

Une étude de 2003 menée par la Society for the Arts in Healthcare et le National Endowment for the Arts constate qu'un troisième groupe bénéficie également de la présence de l'art dans les environnements hospitaliers : les docteurs et infirmiers qui y travaillent tous les jours. Plus de la moitié des hôpitaux des États-Unis qui ont des programmes d'art indiquent qu'ils les ont pour leur personnel hospitalier, pour réduire le stress, le surmenage et le roulement du personnel. Jessica Mistretta a su qu'ils avaient fait mouche avec ce projet lorsque, sur place, la responsable des services de soins au patient lui a donné une chaleureuse accolade. Elle a dit à l'architecte à quel point les illustrations lui plaisaient, soulignant que les patients comme le personnel aimaient se prendre en photo devant les œuvres.

« Nous ne voulions pas que les salles d'examen aient des murs entièrement blancs, où l'on ne voit que le matériel », explique Jessica Mistretta. « Nous avons essayé d'effacer l'aspect clinique de l'expérience du patient. »

De cette façon, ce centre médical est désormais une destination, pas une corvée.

Voir les détails du projet

À propos de PolyVision et de Designtex

En décembre 2015, PolyVision et Designtex (deux sociétés de Steelcase) ont formé un partenariat naturel, proposant une offre absolument unique. Les liens solides de Designtex avec le monde du design et de la conception graphique, son vaste portefeuille d'images et son expertise de l'imagerie de surface, associés à l'offre unique de produits de PolyVision et à sa capacité à intervenir dans des environnements exigeants, en font des partenaires idéals pour les architectes et designers.