La science sous la surface


Des tests, encore des tests, toujours plus de tests. Les fondements scientifiques rigoureux à la base de l'e³ CeramicSteel de PolyVision en font l'une des surfaces les plus résistantes et durables au monde. Des ingénieurs et des spécialistes des sciences des matériaux effectuent des tests sur tous les produits de PolyVision, pour vérifier que la couleur est correcte, la résistante aux impacts... et garantir une qualité et des performances supérieures.

Nous vous présentons la science qui se cache derrière huit des principaux tests sur les surfaces que nous utilisons pour nos tableaux blancs mobiles, panneaux de tableaux blancs et tableaux noirs et blancs dans les salles de classe, les bureaux et les installations architecturales partout dans le monde.

Uniformité des couleurs : L'uniformité des couleurs est essentielle, surtout lorsqu'on utilise l'e³ CeramicSteel dans des panneaux adjacents dont les tons doivent être similaires pour que les panneaux n'aient pas à être remplacés. Lors de la production, l'échantillon est illuminé est le spectre lumineux reflété est analysé à l'aide d'un spectrophotomètre portatif. Le spectre lumineux est composé de valeurs L* (clair-foncé), a* (vert-rouge) et b* (bleu-jaune). Ces valeurs créent une mesure plus sensible aux déviations de la couleur que l'œil humain, pour garantir une correspondance parfaite.

Graphique tridimensionnel présentant le spectre lumineux en valeurs L, A et B Couche de finition en émail : L'épaisseur de la couche de finition en émail contribue à l'épaisseur totale de l'e³ CeramicSteel, tout en déterminant la couleur, la surface et la texture du tableau. Une épaisseur régulière garantit une couleur et une texture uniforme, ce qui est important pour les installations avec plusieurs tableaux. Pour mesurer l'épaisseur en ligne, un mesureur numérique d'épaisseur de la couche utilise le principe de l'induction électromagnétique pour évaluer la couche de finition en émail. Une coupe finale très fine de 0,07 mm (2,75 millièmes de pouce) permet à l'e³ CeramicSteel de se plier jusqu'à 300 mm de diamètre, sans que des fissures microscopiques se forment, pour lui donner une souplesse comparable à celle de la fibre de verre.

Réflexion : Le coefficient de réflexion d'une surface détermine la façon dont elle reflète la lumière de projecteurs, l'éclairage ambiant, la lumière naturelle et les lampes. Ces reflets peuvent varier selon la configuration, raison pour laquelle PolyVision propose toute une gamme de coefficients de réflexion qui peuvent être adaptés à la disposition d'une pièce spécifique.

Le coefficient de réflexion est vérifié à l'aide d'un réflectivimètre portatif qui contient une, deux ou trois sources de lumière. Les récepteurs de lumière dans les angles opposés mesurent la quantité de lumière qui a été reflétée par l'échantillon, ce qui donne une mesure de la réflexion spéculaire de la surface d'écriture.

Diagramme avec flèches représentant la réflexion de la lumière sur une surface brillante de tableau blanc

Régularité : Pour finir un tableau, une couche est pulvérisée à l'air comprimé, qui projette le revêtement liquide en minuscules gouttelettes. Selon la vitesse et la fluidité de ce revêtement, l'air sous pression peut créer une vague dans la couche, qui donnera à la surface une texture en peau d'orange. Une surface non pulvérisée ne risque pas de subir cet effet et offre un aspect beaucoup plus lisse. Pour garantir une surface lisse, les tableaux de PolyVision sont testés par balayage ondulatoire avec un scanner portatif Byk-Gardner 5+ - qui est passé sur la surface, pendant qu'un rayon laser scanne sa texture pour en mesurer les irrégularités.

Examen de deux surfaces de tableau blanc, l'une lisse et l'autre avec une texture en peau d'orange

L'image du dessus montre une surface lisse, tandis que celle du dessous présente une texture indésirée en peau d'orange.

 

 

Résistance aux éraflures : Le test de résistance aux éraflures consiste à passer une pointe de diamant standard (le matériau le plus dur sur Terre) sur la surface d'un échantillon. Les éraflures sont ensuite colorées à l'aide de marqueurs effaçables à sec. L'encre sèche est nettoyée au chiffon pour voir s'il reste de la couleur, ce qui indiquerait que la surface est endommagée. Les seuls matériaux suffisamment durs pour endommager CeramicSteel sont ceux qui dépassent 5 sur l'échelle de dureté de Mohs, comme le quartz, le topaze et le diamant.

Résistance aux chocs : Le test de choc tire une bille d'acier par ressort à partir d'un dispositif appelé pistolet Wegner sur la surface d'essai avec une force de 20 newtons ou 2 kilogrammes. Grâce à la couche en émail vitré (aussi dure que du verre) de l'e³ CeramicSteel, les tableaux de PolyVision ont une résistance élevée à l'usure et aux éraflures.

Écriture et effaçage de la craie : Pour évaluer si une surface de tableau noir e³ CeramicSteel retient suffisamment de craie au moment de l'écriture, une craie classique est passée sur la surface avec un poids de 775 grammes. Utilisant les mêmes outils de mesure de couleur que lors du test d'uniformité de la couleur, on mesure le contraste entre le tableau et la quantité de craie sur la surface. Plus la mesure est haute, plus la craie est visible sur le tableau.

Ensuite, on teste l'effaçage de la craie à l'aide d'un effaceur en latex qui est aussi muni d'un poids de 760 grammes. La différence de couleur entre le tableau et la quantité de craie restante est à nouveau mesurée. Plus la mesure est basse, plus l'effaçage à sec de la surface du tableau noir est performant. Les cycles d'écriture et d'effaçage sont répétés 25 fois et une moyenne des mesures est calculée à la fin pour obtenir les qualités d'écriture et d'effaçage à sec de la craie.

Bureau moderne avec des surfaces d'écriture de type tableau blanc et tableau noir, des bibliothèques, des bureaux et des chaises de bureau

Effaçage des marqueurs à effaçage à sec : L'effaçage de la surface de tableau blanc est une propriété essentielle de l'e³ CeramicSteel. Elle est fortement influencée par différent facteurs comme la propreté de la surface, son coefficient de réflexion et le type et la qualité du marqueur et de l'effaceur utilisés. Plus la surface est lisse, plus elle brille et plus elle est facile à effacer.

Pour tester l'effaçage, sont réalisés 10 cycles d'écriture sur le tableau pendant 10 secondes, avec séchage pendant 10 secondes puis effaçage pendant 10 secondes avec un effaceur en feutre à pression normale de la main. Après les 10 cycles, plus il reste de pigment sur la surface, plus la capacité d'effaçage est mauvaise.

Pour en savoir plus sur les nombreux tests menés par PolyVision pour offrir une résistance et des performances de qualité, veuillez consulter le livre blanc sur les propriétés des surfaces des tableaux blancs.

Laisser une réponse