Cinq raisons pour lesquelles les enseignants préfèrent encore les tableaux noirs


Tout a commencé en Écosse en 1801. Un grand morceau d'ardoise a été accroché au mur et le tableau noir est né, révolutionnant l'enseignement et l'apprentissage dans le monde entier.

Avant le tableau, chaque étudiant avait une ardoise personnelle en bois badigeonné de noir où pratiquer l'écriture, résoudre les problèmes d'arithmétique et répondre aux questions de l'enseignant. Les enseignants se déplaçaient dans la salle, pour lire la réponse de chaque étudiant sur son ardoise, car il n'y avait pas de support où présenter visuellement les informations à tous les étudiants à la fois. Ce type d'enseignement était extrêmement individualisé par rapport aux classes d'apprentissage actif d'aujourd'hui.

Les tableaux noirs en classe ont permis l'essor de l'apprentissage collaboratif. Toutes les communications s'effectuaient désormais en groupe. Les étudiants apprenaient ensemble et partageaient leurs connaissances. Le format des leçons a changé, les enseignants s'adressant à de nombreux étudiants à la fois au lieu d'un échange personnalisé, ce qui a provoqué l'augmentation de la taille des classes. Le tableau est devenu le support commun de réflexion de la classe.

Pile d'ardoises noires classiques sur un vieux pupitre d'écolier

Au milieu du XIXe siècle, toutes les salles de classe des États-Unis avaient un tableau noir pour l'enseignement. C'était l'unique outil d'enseignement de la classe jusqu'à l'apparition des tableaux blancs, à la fin des années 1980. Mais tous les professeurs et toutes les classes ne sont pas passés à ce mécanisme moderne.

Avec tous les avantages vantés des tableaux blancs, pourquoi certains enseignants préfèrent-ils encore les tableaux noirs à notre époque ? Les cinq facteurs suivants l'expliquent.

L'accessibilité : Dans de nombreux pays en développement, les tableaux noirs sont beaucoup plus nombreux que les tableaux blancs parce qu'ils sont plus accessibles. Vipin Makkar, responsable régional de PolyVision en Inde explique : « L'Inde est l'un des principaux marchés pour les surfaces pour craies dans la région. Elles sont très populaires dans le secteur de l'éducation car le coût d'utilisation d'un tableau noir est beaucoup moins élevé que celui d'un tableau à marqueur ou d'un tableau en verre. La craie est également moins chère que les marqueurs. »

Fillette en train d'écrire au tableau noir dans une salle de classe en Inde

La calligraphie : Beaucoup de personnes estiment que la calligraphie est meilleure sur un tableau noir. Les tableaux noirs sont souvent vendus avec des lignes dans ce but, surtout pour les apprenants qui débutent tout juste l'apprentissage de l'écriture. La calligraphie est également plus importante dans certaines langues. Le japonais, le chinois et le coréen sont des exemples de langues où les caractères sont complexes et la calligraphie fait partie de l'expression du monde. Pour Chi Kin Tam, responsable des ventes régional pour PolyVision à Hong Kong, c'est l'une des principales raisons pour lesquelles les enseignants utilisent encore les tableaux noirs. « Une autre raison essentielle pour préférer la craie sur le marché chinois, c'est que nous estimons que la craie est mieux adaptée à la calligraphie chinoise. Les caractères chinois sont beaucoup plus épais et écrire avec une craie ressemble plus à l'écriture traditionnelle au pinceau. »

Tableau noir avec panneaux coulissants devant une salle de classe

Sa nature tactile : La craie ressemble plus à un stylo ou à un crayon pour écrire. C'est la raison pour laquelle de nombreux enseignants préfèrent écrire à la craie plutôt qu'au marqueur. Selon Vipin Makkar, c'est l'une des raisons pour lesquelles les enseignants indiens utilisent des tableaux noirs. « Dans les écoles, les professeurs préfèrent écrire à la craie à cause de la sensation, de l'expérience d'écriture. » De plus, souligner plusieurs fois et taper la craie au tableau permet d'insister sur certains points spécifiques.

Une craie sans poussière : Souvent, lorsque les gens pensent au tableau noir, ils imaginent un nuage de poussière dans l'air lorsqu'on efface le tableau. Aujourd'hui, alors que la santé et l'asthme chez les jeunes enfants sont un vrai problème, les fabricants sont plus nombreux à proposer des craies sans poussière. Ce problème réglé, la préférence pour la craie ne faiblit pas en Inde. Chi Kin Tam est d'accord : « la poussière créée par la craie dans la salle de classe est un problème et le marché s'intéresse donc aux craies sans poussière ou à la craie liquide. »

La nostalgie : Pour beaucoup, l'idée du tableau noir évoque une salle de classe classique d'université, avec un mur rempli de connaissances, des formules de mathématique aux théories philosophiques. Cette nostalgie du passé est ce qui fait que beaucoup de professeurs utilisent encore des tableaux noirs. C'est ainsi qu'ils ont appris et c'est ainsi qu'ils préfèrent enseigner. Des professeurs à la School of Mines & Technology, Dakota du Sud, se battent pour conserver leurs tableaux noirs alors que l'école fait l'objet d'une rénovation de ce point précis. Pour ceux qui apprécient ce clin d'œil au passé dans la salle de classe, les tableaux noirs ajoutent un aspect émotionnel à l'enseignement.

Tableau noir avec dessins colorés et texte en chinois à sa surface

Avec ces cinq raisons, on voit bien pourquoi les tableaux blancs n'ont pas fait disparaître les tableaux noirs de l'histoire. Avec des caractéristiques modernes, comme une gamme de couleurs ou de tailles et des craies sans poussière, les tableaux noirs peuvent offrir un environnement d'apprentissage collaboratif contemporain dans les salles de classe du monde entier, tout en conservant un clin d'œil au passé.

Laisser une réponse